La baisse des marchés financiers du mois de novembre

Éclairage sur

Les marchés européens retrouvent leurs plus bas niveaux de l’année, déjà atteints fin octobre.

Cet ajustement en cours est la matérialisation de nombreux risques mis en avant et rappelés lors de nos Perspectives Economiques et Financières du 18 octobre dernier, et reflète les différents maux de la croissance mondiale.

En Europe, les nuages s’amoncellent sur un continent miné par les dissensions politiques. Nous avons un point d’attention sur l’industrie automobile en grande difficulté pour des raisons conjoncturelles et structurelles, et dont les effets négatifs du multiplicateur d’investissement sur l’ensemble de l’activité économique et sociale des territoires sont considérables. Ce ralentissement de la filière automobile sera d’autant plus sensible dans les pays européens où elle représente près de 5% du PIB (Allemagne, Slovaquie, Tchéquie, Roumanie et Hongrie), pays qui ont largement soutenu la croissance européenne de ces dernières années.

Ce repli des marchés boursiers se fait aussi sur fond de baisse du prix du pétrole. Ce dernier, avec les matières premières et le dollar, représente l’une de nos trois clefs d’analyse. C’est une donnée primordiale par le jeu, là encore, du multiplicateur d’investissement, mais aussi dans la liberté diplomatique qu’il redonne aux Etats-Unis. En revanche, cette baisse interrompt le cercle vertueux institué entre les pays producteurs qui étaient devenus des consommateurs de produits à plus haute valeur ajoutée par l'effet richesse.

 

De plus, en Chine, nous avons depuis longtemps insisté sur le risque financier que font peser les montages de financement à effet de levier des plus opaques. S’y agrègent aujourd’hui des risques économiques dont l’ampleur se traduit dans la multiplication des mesures de soutien du pouvoir central. Dans le reste de la zone émergente, la fin de la politique monétaire accommodante de la Banque centrale américaine (Fed) a pour effet une raréfaction des liquidités en dollar et un coût pour les pays dont la dette externe libellée en dollar a augmenté depuis ces dernières années.

Les marchés financiers se crispent au moment où les règles de fonctionnement entre nations sont bousculées par la remise en cause du multilatéralisme et que les chaînes d’approvisionnement et de production des entreprises sont repensées. La géopolitique est plus que jamais anxiogène alors que les agents économiques n’ont pas diminué leurs niveaux d’endettement depuis la crise de 2008.

Les mandats de gestion d’assurance ont été largement désensibilisés aux actions dès le mois de septembre et leur résistance renforcée à la fois par une diversification géographique adaptée à notre compréhension du monde et des choix de valeurs sur des entreprises capables de concevoir et réaliser les changements stratégiques de leurs modèle de développement. Le retour sur un point d’entrée majeur se doit d’être exigeant dans une gestion de long terme.

Ainsi, nous exploiterons toutes les opportunités nées des phases de respiration et de tension pour revenir avec parcimonie sur les marchés au regard des marges de manœuvre des prospectus de vos supports d’investissement.

Eclairage sur la baisse des marchés financiers du mois de novembre - 20/11/2018 (pdf - 1.1 Mo)
Rédigé par
Francis Jaisson-Citation

Francis JAISSON Directeur de la gestion Actions Europe, Multigestion et Commercialisation Achevé de rédiger le 20/11/2018

 

Ce document est établi par Covéa Finance, société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro 97-007, constituée sous forme de société par actions simplifiée au capital de 7 114 644 euros, immatriculée au RCS Paris sous le numéro B 407 625 607, ayant son siège social au 8-12 rue Boissy d’Anglas 75008 Paris. Ce document est produit à titre indicatif et ne peut être considéré comme une offre de vente ou un conseil en investissement. Il ne constitue pas la base d’un engagement de quelque nature que ce soit, ni une évaluation de stratégie ni aucune recommandation d’investissement dans des instruments financiers. Il contient des opinions et analyses générales et non personnalisées conçues par Covéa Finance à partir de données chiffrées qu’elle considère comme fiables au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, mais dont l’exactitude et la validité ne sont toutefois pas garanties. Les opinions exprimées dans le document peuvent faire l’objet de modifications sans notification. Covéa Finance ne saurait être tenue responsable de toute décision prise sur la base d’une information contenue dans ce document. Ce document est la propriété intellectuelle de Covéa Finance. Toute Utilisation (définie ci-après), reproduction ou diffusion de tout ou partie du présent document devra faire l’objet d’une autorisation préalable de Covéa Finance. Le destinataire du présent document a connaissance et accepte que les données chiffrées, permettant d’établir les opinions et analyses générales et non personnalisées, peuvent être soumises à l’acquisition de droits vis-à-vis de tiers. Par conséquent, les données chiffrées ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’une quelconque Utilisation par le destinataire du document sans l’acquisition préalable des droits nécessaires directement auprès des tiers détenteurs de ces droits. Par ailleurs, le destinataire du présent document a connaissance et accepte que Covéa Finance ne sera en rien responsable de toute utilisation faite desdites données chiffrées et assumera seul toutes les conséquences vis-à-vis des tiers détenteurs des droits associés à ces données. L’ « Utilisation » s’entend comme, et de manière non limitative, la manipulation de la donnée chiffrée, la distribution, la redistribution, l’intégration dans un système d’information ou dans des documents de tous types.