Edito - Mars 2017

Edito

Après les choix politiques inattendus en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis en 2016, les inconnues en zone euro font peser des risques que les investisseurs internationaux prennent en compte de façon plus certaine depuis plusieurs semaines.

En effet, ils les  introduisent avec prégnance à la fois dans leurs appréciations des entreprises européennes et lors de leur allocation pays dans le cadre de leur diversification géographique. Toutefois, si cette défiance se lit sur la volatilité des marchés de taux et de change, elle est moins visible sur la prime de risque des marchés actions dont les indices résistent depuis le début d’année. Pourtant, les bourses de valeurs fuient généralement les incertitudes. Et ces dernières sont nombreuses, notamment avec la montée du protectionnisme, sur fond de stagnation des échanges commerciaux, au programme de nombreux candidats et élus politiques. Or, ce mouvement pourrait remettre en question le partage de la croissance mondiale et ainsi contrarier les stratégies des entreprises internationales.

« Le passage euphorique de 2016 à 2017 sur le marché boursier s’est fait sur le thème d’une croissance moins incertaine et d’une hausse modérée des prix des matières premières, conditions favorables aux investissements en actions. »

Francis JAISSON

Le passage euphorique de 2016 à 2017 sur le marché boursier s’est fait sur le thème d’une croissance moins incertaine et d’une hausse modérée des prix des matières premières, conditions favorables aux investissements en actions. Pour que s’initie un second souffle, les résultats des entreprises devront se confirmer A fin février, l’indice MSCI EMU affichait pour l’exercice 2016 une croissance des résultats publiés par les entreprises de +5% (+13% hors financières) pour un chiffre d’affaire sans progression. Une reprise du mouvement haussier confirmerait les prévisions optimistes du  marché  qui anticipe une poursuite de la hausse des résultats de +18% (+13% hors financières) en 2017. Enfin, une éventuelle inversion des taux posera avec plus d’acuité la question de la dérive des endettements publics et privés. Le service de ces dettes a été contenu jusqu’alors par les distorsions créées par les banques centrales. Une remontée des taux rendrait douloureux « intérêt et principal ».

Rédigé par
Francis Jaisson-Citation

Francis JAISSON

Directeur des Gestions et de la Commercialisation

 

Ce document est établi par Covéa Finance, société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro 97-007, constituée sous forme de société par actions simplifiée au capital de 7 114 644 euros, immatriculée au RCS Paris sous le numéro B 407 625 607, ayant son siège social au 8-12 rue Boissy d’Anglas 75008 Paris. Ce document est produit à titre indicatif et ne peut être considéré comme une offre de vente ou un conseil en investissement. Il ne constitue pas la base d’un engagement de quelque nature que ce soit, ni une évaluation de stratégie ni aucune recommandation d’investissement dans des instruments financiers. Il contient des opinions et analyses générales et non personnalisées conçues par Covéa Finance à partir de données chiffrées qu’elle considère comme fiables au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, mais dont l’exactitude et la validité ne sont toutefois pas garanties.  Les opinions exprimées dans le document peuvent faire l’objet de modifications sans notification. Covéa Finance ne saurait être tenue responsable de toute décision prise sur la base d’une information contenue dans ce document. Ce document est la propriété intellectuelle de Covéa Finance. Toute Utilisation (définie ci-après), reproduction ou diffusion de tout ou partie du présent document devra faire l’objet d’une autorisation préalable de Covéa Finance. Le destinataire du présent document a connaissance et accepte que les  données chiffrées, permettant d’établir les opinions et analyses générales et non personnalisées, peuvent être soumises à l’acquisition de droits vis-à-vis de tiers. Par conséquent, les données chiffrées ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’une quelconque Utilisation par le destinataire du document sans l’acquisition préalable des droits nécessaires directement auprès des tiers détenteurs de ces droits. Par ailleurs,  le destinataire du présent document a connaissance et accepte  que Covéa Finance ne sera en rien responsable de toute utilisation faite desdites données chiffrées et assumera seul toutes les conséquences vis-à-vis des tiers détenteurs des droits associés à ces données.  L’ « Utilisation » s’entend comme, et de manière non limitative, la manipulation de la donnée chiffrée, la distribution, la redistribution, l’intégration dans un système d’information ou dans des documents de tous types.